“Des bois qui racontent”

Le dimanche 5 novembre, M. Florian MEIER a conduit deux douzaines de personnes (et quelques enfants) à travers la partie “intégrale et scientifique” du bois, en leur faisant découvrir :

  • d’une part les différentes espèces d’arbres (chênes, hêtres, 3 à 4 variétés d’érables, merisiers, etc), parfois “espèces de lumière”, parfois “espèces d’ombre”,
  •  d’autre part les différentes strates d’un tronc ou d’une branche (écorce, aubier, et bois).

Florian MEIER  a aussi expliqué que certains arbres poussent plus vite que d’autres, par ex. le hêtre plus vite que le chêne; le hêtre va donc “surcimer” le chêne, lui prendre la lumière, et parfois l’empêcher de grandir. Un chêne mort (dont il ne reste plus que le tronc est appelé “chandelle”), et  si  celui-ci-ci tombe sur un autre arbre (qu’il entraîne dans sa chute), mais en restant en équilibre sur ce dernier, on dira que le chêne s’est “encroué” sur l’autre arbre. Certains arbres gardent alors une cicatrice de ces événements, et il a été possible d’observer différentes formes de ces cicatrices [notamment oblongues].

Les participants ont aussi appris que le lierre n’est PAS un parasite pour les arbres, puisqu’il a ses propres racines; le lierre ne “suce” donc pas la sève de l’arbre-hôte, mais ne fait que s’agripper à son support. Le lierre a des rameaux fertiles et des rameaux stériles.

Pour terminer, les participants se sont retrouvés avec  Florian et Martine  MEIER dans le bûcher en face de la Ferme pour examiner de près des morceaux de branches enlacées, et aussi pour observer les différences notamment entre le bouleau (écorce dure, mais bois intérieur mou) et le chêne (écorce molle, mais bois dur, voire très dur)…

Les participants ont pour finir partagé une boisson chaude et des biscuits amenés par Martine et Alessandra G. (merci à elles !).